E-mail
Mot de passe
Envoi
Rêvé le 22 octobre 2017 - Izuna&Len avait 217 ans Ajouter ce rêve à vos favoris

J'ai toujours détesté les "histoires d'amour" où le personnage gars est une personne qui ne respecte pas les frontières de respect pour le personnage fille, la dominant, n'écoutant pas le personnage fille quand elle lui dit "non", narcissique, exprimant son "amour" en se moquant d'elle.. on peut trouver tellement d'histoires comme ça sur des sites comme wattpad par exemple. Je ne comprends les filles qui aiment ce genre de "bad Boy". Je déteste aussi quand les films insinuent que les filles ne disent "non" que pour la forme et que le personnage gars est dans son droit de continuer de la séduire avec son mauvais caractère.

 

Et pourtant malgré tout ça, malgré toutes mes convictions, j'ai rêvé qu'un gars m'avait kidnappé. À chaque fois que j'essayais de fuir, il me rattrapait et me frappait. Il n'avait aucune pitié. J'ai essayé plusieurs fois de trouver de l'aide, sans résultat. À un moment, il a même tué une amie que j'avais pu alerté. Même quand un de ses amis et complices a décidé de me relâcher par pitié.. l'ami s'est retrouvé mort et moi "remise à ma place". Le jeu de chat et souris a continué la plus grande partie du rêve mais c'est confu donc je ne vais pas en parler. À la fin du rêve, une fille, une super héro est venue dans le but de me sauver et le tuer.. (c'était batwoman je pense).. j'ai déouvert que moi aussi j'étais une super héro, ayant des super pouvoirs. (Quelque chose de proche à superwoman) j'étais donc son camarade. Pourtant, quand elle est venue, je n'ai pas pu m'empêcher de la voir comme un ennemi, une menace et je l'ai donc tué, et puis je me suis remise moi même sous mes nœuds et cordes pour que je ne puisse pas bouger et que mon kidnappeur soit satisfait en me retrouvant... J'avais même pissé par terre un peu à un moment, incapable de me lever pour aller aux toilettes. En effet, il est venu à un moment, et en effet, il a été satisfait. Flashback à son passé, où il mettait des noeuds autour de son chien pour l'empêcher de le quitter quand il était petit. Enfin, je me soumettais à lui. Il avait trouvé en moi la personne qu'il avait besoin de contrôler entièrement pour se rassurer sur sa valeur. Et moi, j'avais abandonné l'idée d'indépendance, acceptant d'être sa marionnette.. on était devenu co-dépendants, au lieu de dire comme le dirait des histoires romanesque que nous étions "tombé amoureux". Mais le plus étonnant c'est que c'était une sorte de happy ending. À chaque fois que je remémore la fin, je n'ai que de bonnes sensations dans la tête. On dirait presque vraiment l'amour. Un sentiment d'apaisement car j'avais arrêté de lutter. Et un sentiment de connexion entre lui et moi. Je le comprenais dans son désir de contrôler entierement quelqu'un et je me découvrais heureuse en m'y soumettant.

 

 

Je viens d'experimenter le syndrome de Stockholm dans un rêve. 

La cour de Poutine

Suite à une attaque de Spam, les commentaires anonymes sont temporairement désactivés