E-mail
Mot de passe
Envoi
Rêvé le 17 février 2014 - Flying Julie avait 29 ans Ajouter ce rêve à vos favoris
L'action n'a pu être effectuée pour la raison suivante :
  • Vous devez être connecté pour voter pour vos rêves favoris.
    Inscrivez-vous pour pouvoir participer au site !

Je suis à Claye et j'ai envie de passer la nuit dehors sous les étoiles. Je trouve un espace vert peu arboré sympa, du côté de chez Damien, au-dessus de chez les Côtterets 1. J'y installe mon duvet, un oreiller, et ma frontale. Puis je vois Antifa, ils ont planté leur tente à côté de moi. Antifa me dit que le sol est déjà humide, je risque d'être mouillée cette nuit. Je me dis que j'aurai dû prendre mon tapis de sol en plus. Alors je pars le chercher en laissant sur place mes affaires.

Je croise une fille, suivi d'un mec, qui est très speed et qui semble déterminée. Je regarde ce qu'il se passe : ils rejoignent une voiture où quelqu'un d'autre est déjà dedans. La fille se met à parler au mec qui la suit, je les entends dire que de toute façon la police va les cramer, il y a une histoire de coke ou de came avec la mafia italienne dans laquelle ils semblaient tous les 3 pris au piège. La nana avait ramené un bidon d'essence. Elle aspergea le véhicule en entier, y compris l'intérieur, et s'assirent dedans. Un des mecs sorti un briquet et y mit le feu...

Après cette action, je me suis retrouvée à Nantes à pieds. Je devais toujours récupérer mon tapis de sol, et le chemin se divisait en 2 : soit je continuais à pieds, soit je prenais le tram. J'ai pas écouté mon instinct car je voulais avancer vite, du coup j'ai choisi le tram. Après une centaine de mètres, il s'arrête brusquement avant l'arrêt.La police du gouvernement en cours arrêtait tout le monde. Les hommes avaient des têtes de tortionnaires, avec un uniforme beige (comme au Sri Lanka) et surtout des armes à la main type fusils à pompe. Ils nous ont fait descendre puis monter de force dans un autre train... c'était de la déportation et c'était le début. Je me savais cuite et j'ai regretté amèrement d'avoir pris le tram. Je ne sais pas trop comment je sors de là, mais je reviens dans l'espace vert à Claye où j'ai mis mon duvet dans lequel je suis.

L'ambiance a changé : maintenant, on sait que c'est la guerre. Je fais partie des opposants au régime politique et on se retrouve à dormir "caché" ici, dehors. A côté de moi, il y a une bonne trentaine d'adolescents. Cette génération fait partie des plus rebelle comme la mienne. Je suis contente de ne as être seule à ce moment-là. Les ados papotent, écoutent leur musique, se reposent, ... bref la vie continue. Ensuite, quelqu'un prend mon duvet et le tiens en l'air en me montrant à quel point il est trempé. C'est vrai qu'il est bien trempé... je repars, pas forcément pour retrouverun duvet ou quoi, mais cette fois-ci je repars en volant.

Je ne vole pas très haut, mais ça suffit pour me sentir plus légère et moins facile à attraper. Les airs sont pour moi une protection, aussi. Je passe près d'un grand terrain où il se passe un truc de visuellement intéressant (je ne sais plus quoi) et ya 2 mecs sous moi qui semblent ébahis. Je leur dis : "Voir (..........) ça vous étonne, mais quelqu'un qui se déplace en volant ça ne vous surprend pas ?!"2 J'ai fais ma belle en volant de plus belle et en rigolant gentimment. Ensuite, j'ai attéri sur une table avec des bancs en bois. Il y a plusieurs femmes autour, et on s'apprête à faire un atelier manuel qui a l'air passionnant (je ne sais plus lequel...) Je suis ravie d'y participer, ça a l'air génial et puis on est dehors, il fait beau et chaud... au top !

Puis je repars en volant et j'arrive de nuit à l'entrée d'un festival de raggae. Je suis là où on donne les bracelets. Je reconnais le jeune métisse à côté de moi et on se salue vivement. Derrière lui, il y a windou, très souriant On se dit bonjour, puis vient mon tour (malgré que j'ai "gratté" la foule en attérissant direct à l'entrée!). Le mec de la sécu me pose plusieurs bracelets à 3 pattes. Ils sont vraiment super beaux. Verts, jaunes brillant, vraiment bien tissés. J'avance un peu puis on m'en retire un pour aller dans une des salles de concert. Malheureusement, comme pour l'atelier manuel la scène change directe et je me retrouve avec hugo, bras dessus-bras dessous, de nuit, dans une rue très animée et festive avec des échoppes et quelques manèges à  faire. On est très joyeux, mais je me souviens brutalement que depuis le début je n'ai pas appellé Yan... Je viens de rentrer du Sri Lanka,, ça fait 3 semaines qu'on ne s'est pas vu...Je n'ai pas pu le faire car personne n'en avait, et puis j'étais tellement bien que ma seule véritable préoccupation était de m'amuser et me laisser guider par mes envies !

école au Mexique et taureaula mort en haut de la montagne

Suite à une attaque de Spam, les commentaires anonymes sont temporairement désactivés